Succession et immobilier : notre guide pour vendre en toute sérénité

353
Partager :

La vente de biens immobiliers hérités peut être une tâche difficile pour les héritiers, notamment en raison des nombreuses démarches fiscales et juridiques à effectuer.

Les aspects fiscaux de la succession immobilière

Avant d’entamer le processus de vente d’un bien immobilier hérité, il est essentiel de bien comprendre les implications fiscales qui entourent la succession. Au moment de la transmission du patrimoine du défunt, certains frais sont incontournables comme les droits de mutation ou de succession. Ces droits sont dus par les héritiers ou les légataires lors de l’héritage d’un bien immobilier. Ils varient en fonction du lien de parenté entre le défunt et les héritiers ainsi que de la valeur de la part reçue. Lors de la vente d’un bien immobilier hérité, il est nécessaire de payer l’impôt sur la plus-value immobilière si la valeur du bien a augmenté depuis l’acquisition par le défunt. Il convient alors de prendre en compte une exonération totale ou partielle selon la durée de détention du bien avant sa transmission et sa vente.

Les démarches juridiques liées à la succession immobilière

Pour garantir une transaction dans les meilleures conditions pour les héritiers, il est important de suivre les étapes légales nécessaires lors d’une succession immobilière. L’acte de notoriété permet de prouver officiellement la qualité et les droits d’héritier auprès des tiers (banques, administrations…). Un certificat de propriété doit être délivré par un notaire après règlement de la succession afin de témoigner que les héritiers sont bien désormais les propriétaires légitimes du bien immobilier concerné. Si plusieurs héritiers se partagent la propriété d’un bien immobilier, ils doivent s’entendre pour désigner un mandataire commun qui aura la responsabilité de gérer l’ensemble des démarches administratives et fiscales jusqu’à la vente du bien.

L’évaluation de la valeur du bien immobilier

Obtenir une estimation précise et réaliste de la valeur d’un bien immobilier hérité est important pour en situer le prix sur le marché. Pour cela, il est conseillé de tenir compte notamment :

  • De la localisation géographique et des caractéristiques du bien : surface, état général, nombre de pièces, environnement…
  • Des prix moyens au mètre carré pratiqués dans le secteur concerné
  • Des évolutions du marché immobilier et des tendances locales.

Conseils pour vendre un bien immobilier hérité avec succès

Pour vendre rapidement et au meilleur prix, il est important de valoriser les points forts du bien lors de la mise en vente. Il peut être utile de procéder à quelques travaux de rafraîchissement ou à des améliorations pour rendre le bien plus attractif auprès des acheteurs potentiels. Dans certains cas, les biens immobiliers hérités peuvent bénéficier d’exonérations fiscales particulières, telles que l’exonération totale de droits de mutation pour le conjoint survivant ou le partenaire de Pacs, ou encore l’abattement pour durée de détention qui permet une réduction progressive du taux de l’impôt sur la plus-value immobilière. Il est donc important de se renseigner sur ces dispositions afin d’en tirer parti. Recourir aux services d’un notaire peut être une solution, car il permet d’accélérer les démarches juridiques et de sécuriser la transaction. Il jouera un rôle d’accompagnateur et de conseiller, notamment en rédigeant l’acte authentique de vente et en assurant la bonne répartition des fonds entre les héritiers selon leur part respective.

Partager :