Négocier un bien immobilier qui ne se vend pas

21
Partager :
Négocier un bien immobilier qui ne se vend pas

La négociation du prix est sans nul doute l’étape la plus cruciale d’une acquisition immobilière. C’est d’ailleurs ce qui détermine ce que vous devez payer pour acquérir le bien que vous souhaitez acheter. Puisque plusieurs acquéreurs éprouvent des difficultés à bien négocier le prix, cet article vous explique comment procéder.

S’informer convenablement sur le bien en vente

Pour négocier dans les meilleures conditions, il est essentiel de bien connaître l’objet de la négociation. L’idéal pour obtenir le meilleur prix possible lors d’un achat immobilier est alors de s’informer sur le bien mis en vente. Cette étape préparatoire est déterminante quant à la réussite ou non de vos futures négociations.

Commencez par vous informer sur la durée de publication de l’annonce de vente du bien. Plus un bien dure sur le marché, plus il est facile de négocier son prix à la baisse. Connaître le temps que le bien passe sans preneur vous permet de définir la fourchette de réduction à laquelle vous pouvez prétendre.

Lorsqu’un bien ne se vend pas, une seule explication se présente. Il est surévalué par son propriétaire. Afin de mener des négociations éclairées, procédez à l’estimation de la valeur du bien de votre côté. Vous pouvez réaliser votre estimation en ligne en renseignant la localisation et quelques informations sur le bien.

Relever les faiblesses du bien

Maintenant que vous en savez beaucoup plus sur le bien, prenez contact avec le vendeur. Exprimez votre intérêt et demandez à le visiter. La visite du bien est un moment décisif pour déterminer le budget maximal que vous allouerez à votre acquisition immobilière. Montrez-vous donc attentif et prenez des notes.

négocier bien

Durant votre visite, relevez toutes les imperfections de la maison. Il peut s’agir de défaut d’éclairage, exiguïté des pièces, besoin de travaux de rénovation, etc. Notez tous les faits qui justifieront votre négociation du prix de vente à la baisse.

Demandez au vendeur de vous fournir le dossier des performances énergétiques de la maison. Lisez-le attentivement pour vous assurer de la conformité avec les exigences énergétiques. Le plus important à ce niveau, c’est de relever toutes les dépenses futures que vous pourriez faire pour améliorer votre confort dans la maison. Soustrayez ensuite ce montant à votre capital d’acquisition.

Bien faire ses propositions d’achat

Vous êtes à présent assez outillé pour négocier un bien qui ne se vend pas. Tout ce qu’il vous faut, c’est réaliser des propositions de prix astucieuses. Ne proposez jamais la totalité de votre capital d’acquisition en début de négociation. Autrement, il vous sera difficile de rester en dessous. Commencez par exemple à proposer 50% de votre capital. Puis, motivez votre proposition de prix en exposant les faiblesses du bien que vous avez relevées.

Observez attentivement la réaction du vendeur. S’il s’oppose farouchement, demandez un temps de réflexion. Quelques jours après faites une deuxième proposition de prix. Vous pouvez maintenant proposer 75% du budget prévu. Le vendeur remarquera votre effort et considérera de mieux en mieux votre proposition de prix. Montrez-vous ouvert et intéressé afin de maintenir l’intérêt de la négociation. Réalisez au fur et à mesure une hausse de 5%. Si vous vous y prenez bien, vous réussirez votre négociation avec efficacité.

Partager :