Filtre à cartouche piscine : tout savoir sur son fonctionnement, son entretien et son choix

55
Partager :

L’accessoire indispensable de toute piscine bien entretenue ? Un filtre performant qui retient les impuretés et les particules. Et parmi les différents systèmes de filtration, le filtre à cartouche s’impose comme une valeur sûre. 

Pourquoi choisir ce type de filtre de piscine ? Comment fonctionne une cartouche filtrante ? Quels sont les secrets pour l’entretenir et optimiser ses performances ? On fait le point ici !

Un fonctionnement ingénieux pour une filtration fine

Le filtre cartouche piscine repose sur un principe aussi simple qu’efficace. L’eau aspirée par la pompe pénètre dans un cylindre qui abrite la fameuse cartouche. Constituée de fibres synthétiques ou végétales disposées en accordéon, elle offre une large surface filtrante dans un format compact. 

L’eau traverse les plis de la cartouche qui capturent les impuretés, tandis que le liquide purifié regagne le bassin par la crépine centrale. Cela permet d’obtenir une eau débarrassée des particules jusqu’à 15 microns.

Avec un filtre à cartouche pour piscine, vous réduisez de moitié votre consommation de chlore ou de brome comparée à un filtre à sable classique. Autre avantage : son installation est un jeu d’enfant. Une entrée, une sortie, aucun raccordement contraignant à prévoir, et il trouve aisément sa place, même dans les locaux techniques exigus. 

Il faut cependant surveiller le colmatage, inévitable en raison de l’accumulation des débris dans les plis. Une maintenance régulière permettra de redonner à votre filtre de piscine à cartouche son efficacité maximale.

Quant au prix d’achat, il s’aligne sur celui d’un filtre à sable traditionnel. La différence se fera sur le long terme, avec le renouvellement périodique des cartouches filtrantes et leur nettoyage plus fréquent. Un coût supplémentaire qui se justifie amplement par le gain de confort et la qualité de l’eau obtenue.

D’autant plus que la santé des baigneurs et la longévité des équipements en dépendent. Voilà donc le b.a.-ba des filtres piscine. Passons maintenant à l’entretien !

L’entretien, clé de la longévité de votre filtre à cartouche

Un nettoyage régulier s’impose pour chasser les débris accumulés entre les plis de la cartouche filtrante. Un jet d’eau bien ajusté suffira à déloger les impuretés nichées dans les replis. Une brosse souple viendra parfaire le travail dans les zones les plus encrassées.

Si la cartouche filtre la piscine avec toujours autant de brio, le nettoyage peut s’espacer. En revanche, une eau qui perd en limpidité malgré une filtration intensive signale un filtre engorgé qui réclame une attention immédiate. Passez alors au trempage, en immergeant la cartouche dans une solution nettoyante pendant une nuit. Rincez généreusement le lendemain et voilà votre filtre de piscine à cartouche prêt à reprendre du service.

Même bichonné, un consommable reste un consommable. Il faudra envisager le remplacement de la cartouche filtrante tous les 2 à 3 ans, selon la fréquentation de la piscine et la qualité de l’entretien. Plutôt que d’attendre la fatigue, anticipez cette échéance. 

L’idéal serait donc de disposer d’une cartouche de rechange pour ne jamais interrompre le cycle de filtration. Pendant que l’une œuvre dans le filtre, sa jumelle se refait une santé dans son bain nettoyant. 

Comment choisir le filtre à cartouche idéal pour sa piscine ?

Avant de vous précipiter sur le premier modèle venu, prenez le temps de la réflexion. La clé d’un achat réussi réside dans l’adéquation entre le filtre et les caractéristiques de votre piscine

Le critère principal est la capacité de filtration. Elle doit impérativement correspondre au volume d’eau de votre bassin. Si elle est trop faible, le filtre à cartouche pour piscine peinera à tenir sa promesse de limpidité. S’il est trop puissant, il représentera un investissement inutile. 

Le débit de votre pompe de filtration doit aussi être surveillé. Là encore, il faudra trouver le parfait équilibre. Un débit trop réduit entravera l’efficacité globale du système.

Partager :